La Ville de Québec songe depuis plusieurs années déjà au développement d’un secteur boisé sans nom, enclavé entre le boulevard Neilson et le boulevard des Quatre-Bourgeois. Comme l’Avenue des Compagnons est bien présente des deux côtés du bois, mais ne le traverse pas, il appert que le développement résidentiel est projeté depuis fort longtemps. Dans la présentation de la Ville (2009) intitulée Critères applicables au secteur de PAE Compagnons/Neilson, on apprend qu’un développement domiciliaire complet a été projeté dès 1991. En 2005, alors que le «boisé du boulevard Neilson» était pourtant classé au Répertoire des milieux naturels d’intérêt de la Ville de Québec, les terrains boisés se trouvent dans un secteur destiné au développement résidentiel selon le Plan directeur d’aménagement et de développement (PDAD). Il semble donc que l’administration municipale de l’époque prévoyait développer à l’intérieur d’un milieu naturel d’intérêt écologique.

Or pour faire progresser la planification projetée, la Ville de Québec demande une étude de caractérisation du milieu naturel à une firme spécialisée et sur cette base, adopte les critères applicables à l’élaboration d’un Plan d’aménagement d’ensemble (PAE) pour le secteur des Compagnons/Neilson. À partir de ces critères, la Ville peut recevoir des PAE pour autoriser le développement à des promoteurs dont les projets sont conformes aux orientations. Ces critères précisent que la zone de conservation équivaudra à 8 ha, c’est-à-dire à 33 % de l’aire de PAE. Nous avons donc affaire à plan de développement et non à un plan visant la conservation intégrale d’un milieu naturel à haute valeur écologique.

À ce propos, le règlement d’urbanisme attestera bientôt que le secteur du Boisé Neilson fera l’objet d’une priorité de développement : «Conformément aux orientations du Règlement sur le plan directeur d’aménagement et de développement, la zone 35511Ha constitue un territoire prioritaire de développement et borde une artère de consolidation, soit le chemin des Quatre-Bourgeois. Il doit faire l’objet d’efforts de densification, dans une perspective de consolidation du territoire […]» (2009, R.V.Q. 1400, a. 1099).

En 2008, une firme de génie-conseil dépose une étude de caractérisation qui sera ouvertement critiquée. En réponse à cette caractérisation manifestement incomplète, le Conseil de quartier de la Pointe-de-Sainte-Foy demande à la Ville qu’une nouvelle étude soit réalisée par des experts indépendants, ce qui lui est refusé. À cette époque, des vestiges de forêt ancienne plus que centenaire sont attestés dans le boisé ainsi que l’habitat le plus nordique d’une espèce de salamandre susceptible d’être désignée menacée ou vulnérable.

En 2009, une campagne de mobilisation pour la conservation du «Boisé Neilson» est lancée par le Comité des arbres de Québec, mais les critères de Plan d’aménagement d’ensemble du secteur sont adoptés par la Ville de Québec à partir d’une documentation qui ne rend pas justice au milieu naturel. L’année suivante, La Déclaration pour la protection des milieux naturels de la Ville de Québec est signée par une vingtaine d’organismes (environnementaux, communautaires et citoyens). En 2014, l’organisme Québec Arbres met en ligne des informations sur les boisés menacés dont le Boisé Neilson. Pour différentes raisons, la mobilisation tombe en veille.

En février 2020, la Ville procède sans obstacle à l’adoption de son Schéma d’aménagement et de développement révisé (SAD) dans lequel la planification résidentielle sur les terrains du «Boisé Neilson» est réaffirmée. Selon le Schéma d’aménagement et de développement révisé qui définit les affectations du territoire, il n’y a pas de conservation au Boisé Neilson. La carte DC-8, Territoires d’intérêt écologique visés par le document complémentaire, retient les boisés Marly et Des Compagnons mais ne dit rien de la conservation au Boisé Neilson. À l’été 2020, la Ville a mis en vente un terrain à l’entrée du boisé tandis qu’un promoteur entreprend la construction de condos de luxe au sud-ouest de la Résidence du Boisé et coupe les derniers arbres de ce terrain. La menace est désormais bien visible ! Alors que le Schéma d’aménagement reprend une planification qui remonte à 2005, deux membres Des Universitaires proposent plutôt d’intégrer le Boisé Neilson à un vaste projet de Parc national urbain. En juillet 2020, Denise Leahy et Daniel Desroches lancent le mouvement citoyen des Amis du Boisé Neilson. Ainsi le Boisé Neilson fait son entrée dans Google Maps et la mobilisation qui fait suite à la corvée du 12 septembre offre au groupe une première couverture médiatique. Les Amis compte plus de 60 membres, plus 362 abonnés Facebook et leur pétition (de 2009 à 2021) a été signée par plus de 5100 personnes.

Référence: les liens vers les principaux documents cités ci-dessus ont été regroupés dans la page Réglementation municipale